Souvenirs du Lycée

Publié: juin 26, 2008 par Jilal dans Enseignement
Tags:

Parce qu’à l’époque il n’y avait pas de lycée dans la ville alors on partait étudié ailleurs certains à Lakhdaria, d’autres comme moi on étaient au lycée el Ghazali de Sour El Ghozlane.

.
A

l’époque on nous disaient que ce lycée est le plus grand de tout les lycées africains, je crois que ce lycée accueille 1800 élèves, dont 1000 en internat.
Quelques 5 bus étaient nécessaires pour transporter les élèves de Kadiria et de ses environs. On partait le Samedi à 6 heures du matin, pour revenir dans les même bus le jeudi vers midi et cela durant 3 ans.

J’ai gardé quelques souvenirs de ces trois années passées dans ce lycée qui m’ont conduit à faire une école d’arts plastiques à Ben Aknoun, par la suite.

Sour El Ghozlane était une ville moyenne montagne, ou les hivers étaient très froids, et les étés éblouissants. Nous habitions des dortoirs ou les fenêtres donnent sur Djebel Dirah, juste derrière ces dortoirs il y avait le stade officiel de l’équipe locale, la fameuse EL MOKHTARIA.
Par une des fenêtres nous voyions de loin une petite dechra, je pense qu’il s’agit d’une caserne. Au centre ville je me rappelle d’une bâtisse dont l’horloge du mur indiquait toujours 5h et 45 minutes. Les hivers étaient longs et durs. Pour se garder du froid, nous étions habillés de Kechabia. Je me souviens de l’odeur de fumée de gland de chêne grillée dans les rues de cette ville. Je me souviens aussi du café de la rue principale ou un vieux patron servait dans son établissement le café du Ghellay (café à la turc). Ce monsieur, il s’appelait EL HOUTI.
Je suis certain que ces photos feront plaisir a tout les gens qui ont passés par ce lycée soit ceux qui sont en Algérie, ou ceux de l’étranger. Ces photos sont réalisés par notre ami Bouzid de Sour El Ghozlane à la demande de ce blog. Merci Bouzid. Cliquez ICI , pour voir ce lycée du ciel. Si vous étiez élève à El Ghazali rejoinez le club des amis de ce lycée, cliquez ICI

Je rappelle nos visiteurs que la ville de Kadiria possède actuellement deux lycées les voici.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Publicités
commentaires
  1. Van Dried Nicole dit :

    Bonjour,

    Je suis à la recherche de l’adresse exacte et surtout du n° de téléphone du Lycée El Ghazal.Mr.Lamdani était directeur à la période où mon mari,Mr. Luc Roland était prof de math en classes terminales bilingues et où moi-même, Madame Roland, j’étais prof d’Anglais dans les classes arabisées.Nous sommes Belges et nous étions les seuls belges dans le lycée.Ce devait être, si je ne trompe pas, dans les années 1975-1977.Je suis déjà à l’âge de la pré-retraite et j’aurais besoin de papiers officiels prouvant mon ‘passage’ dans le lycée,où j’ai passé des années heureuses.
    Pourriez-vous m’aider?

    Je vous en serais très reconnaissante.

    Je souhaite que vos années au Lycée ont été très heureuses aussi et je signe cordialement,

    Nicole Van Driel (Madame Roland)

    • Anis dit :

      Bonjour,
      Moi j’ai vecu là bas durant la periode ou vous étiez au lycee el ghazili. Je vie maintenant à bruxelles, je pense qu’il ya un moyen de t’aider pour ca.
      BàV
      Anis

    • Anna-Maria Apostolidis dit :

      Hello Nicole,
      I am Anna Maria Apostolidis ( sister of Anestis) can you contact me on this e mail address please.

      anna-maria.schoneveld@wanadoo.fr

    • khaled dit :

      s’agit-il Madame Roland de M. LAMDANI Sadek proviseur au lycée de sour el ghozlane à l’époque années 70

    • SOUNY dit :

      bonjour
      mon père Souny René était prof durant ces années. Etes -vous les Belges qui sont venus en corréze (france) nous voir?
      cordialement
      le fils ainé
      S.C

      • jilal dit :

        Salut Souny, Est-ce tu pourra demander a ton père s’il possède des photos de ce lycée de son époque? Merci.

        • Souny dit :

          Bonjour
          malheusement non.
          Mon père a entrainé le moktaria pendant de nombreuses années, mais nous n’avions pas d’appareil…
          Nous avons bien connu les belges qui parlent dans le message et Mr Lamdani proviseur du collège…
          Nous habitions porte de Sétif face au mur de la caserne sous le collège victor hugo.
          et toi es-tu de SOUR?
          sc

          • jilal dit :

            Non Souny je ne suis pas de SOUR EL GHOZLANE, j’ai simplement etudié 3 ans dans ce lycée en internat c’était dans les années 80, si non moi je suis de Kadiria, je suis née et j’habite à Paris. Je connais très bien l’equipe El Moukhtaria à cette époque (années 80) il y avait un entraineur qui s’appelait Djaafer LARIBI c’était un monsieur de forte corpulence et c’etait lui qui a fait connaitre cette equipe a travers toute l’Algérie et je me rappelle d’un excellent joueur qui s’appelait Sardina.

            J’espère que t’aura de reponse de la part de cet internaute qui a travaillais au Lycée El Ghazali. Sahha.

            • amine dit :

              je suis tres heureux de rencontrer ceux qui sont passe dans ville natale sour,et aussi j’ai passe 3 annee au lycee el ghazali ca me manque .je vous etre en contact avec la dame (prof) la belge puise que je suis installe en belgique .

    • Souny dit :

      en attente de réponse j’espère que vous allez tous bien…

      • Nicole Van Driel dit :

        Mon dieu….René et ton fils…tes fils…Dis-moi comment tu vas….contactez-moi, toi, ton fils….donnez-moi de vos nouvelles..je pense si souvent à vous… nicolevandriel@gmail.com …svp..je pars vend 16 avril pour Sour El Ghozlane avec mon mari actuel…j’ai 2 enfants de 20 et 17 ans..Donne(z)-moi votre adresse et numéro de téléphone svp…Avez-vous des nouvelles de Michel Bernard? D’autres?
        Amicalement. Nicole

        • ALLAOUA dit :

          Bonjour madame, personnellement je suis très ému par les marques de sympathie et de coopération des anciens de ce lycée envers vous c’est la moindre des choses ce mvt de solidarité d’un élevé envers son professeur,seulement madame vous disiez qu’en Avril vous partiez pour SOUR EL GHOZLANE, je vous demande après votre retour vos émotions vos réactions, la réaction des gens de SOUR,et éventuellement la réaction de vos anciens élevés s’i y’en a. Par la même occasion je vous demande d’inviter des anciens coopérants de votre connaissance ayant enseigner à ELGHAZALI de marquer leur passage sur ce site.Je peu vous rappeler certains noms comme: Eric DESCOTTES-GENON,Alain GUALICHET,
          LOMBERTI Bernard, SERGE,mademoiselle PERSONNE Danielle,madame Demoulin,mademoiselle CLAVIROLAS,monsieur BOUFLERS d’ailleurs d’origine belge.
          En comptant sur votre intervention une nouvelle fois sur ce site madame,je vous souhaite bonne retraite.

    • Ben moussa Hanafi dit :

      Bonjour Madame Roland

      J’ai été élève en 4éme année (ex:3éme) de Mr Roland en 1973/1974 au lycée El Ghazali ,ça me fait un trés grand plaisir d’en rencontre mes anciens professeurs m^me par émail . Mme ds 2 jours je vous envoi les coordonnées du dit lycée.
      Quel est le devenir de votre mari .

    • mokhtari dit :

      bonjour nicole
      je travail au lycée el ghazali de sour el ghozlane et j’aimerai bien vous aider si vous me dites ce que vous cherchez exactement.
      cordialement djaafar.

    • sof dit :

      je suis natif de sour el ghozlane et je peux vous aider

  2. rachid dit :

    J’ai fouillé dans mes relevés de notes qui datent de 2007 et voici le n* que j’ai trouvé
    (213) 26 96 47 01
    j’espère qu’il est toujours en service. Bonne retraite madame.

    • jilal dit :

      Salut Rachid,salut Madame Van Dried Nicole
      Dommage que je n’ai pas connu des profs Belges au lycée El Ghazali, le seul prof européen a mon époque 1982/1985 c’était un français que j’ignore son nom, mais je me souviens qu’il avait une voiture SIMCA de couleur presque orange, il avait une barbe roux.il était aussi un ancien prof au lycée. Sa femme elle était aussi prof et tout deux savent parler l’arabe. Vous devriez les connaitre peut-être.

      En fait merci de votre passage sur notre blog, au lycée El Ghazali j’ai gardé que de bon souvenirs, et le n° de téléphone de ce lycée le voici:(00 213)20 73 87 29,si non si vous voulez d’autres numéros de téléphone de vos proches et connaissances en Algérie connectez vous sur cette adresse
      Bien a vous.

      • M Rachid BOUKHALFA dit :

        Bonjour, Jilal, T
        Tu disais à ton époque, il n’ y avait qu’un professeur européen!!!!
        Moi j’ai été là bas de 1980 à 1983, il y avait beaucoup de professeurs européens: M et Mme Lambert en physique et mathématiques, Mme Dubois, M Grand champs en SVT, M Jappert et Mme Loichmol en Français, M Ricoux en anglais, M et Mme Taran en maths (russes), etc….
        Si des élèves ont connu ces professeurs, qu’ils me fassent signe!! Très belle période! Oyé! Oyé!! A bientôt Jilal…

  3. houcemhichem dit :

    voila le numero de telephone de lycee el ghazali
    026969908

  4. nour el houda dit :

    coucou je une aumalienne …de sour el ghozlene et je lador malgré jabite a alger mé jaime bien c mon si on peut dire bledet ce que jador c la ville principale de sour el ghozlen et le géni je vs souhaite bon courage merci

  5. SAID CHIKER dit :

    Bonjour

    Venez nous joindre au groupe des ancien élevés du LYCÉE EL GHAZALI sur Facebook prof, surveillant, et élevés soyez nombreux.
    http://www.facebook.com/group.php?gid=320812624299

    merci

  6. hamdaoui lotfi dit :

    lycee el ghazali il a perdi sa valour depuiis l’arivé du surveillant geniral grawi ce chawi est sans piti la plupart des elevs von aux lycee de ain bessam a cause de lui

  7. ALLAOUA dit :

    Il est trés appréciable que l’on trouve sur ce site des anciens professeurs d’EL GHAZALI qui veulent rattacher le lien avec leurs anciens élevés,d’ailleurs c’est réciproque,il n’y a qu’a visiter le site
    http://www.swisstools.net pour voir le nombre surprenants d’anciens élevés qui cherchent leurs anciens professeurs.

    bonnes retrouvailles

  8. أحمد بن أحمد dit :

    تحية عراقية لثانوية الغزالي حيث كنت مدرسا بها لمادة الفنون. سلامي لكم تلاميذ وأساتذة

    • جيلال dit :

      أهلا بالأستاذ أحمد إبن أحمد وبقوم العراق. يا أحمد هل بإمكانك أن تحدثنا عن تجربتك التعليمية بالجزائر خاصة وأنك درّست بثانوية مشهورة جدا. في أي سنوات عملت بهذا المكان. هل لديك صور تذكيرية بإمكانها أن تفيدنا. إذا كان كذلك فابعثها لنا وستكــون من المشكــــورين.
      تحية جزائـــرية من باريـــس

    • علاوة dit :

      و تحيتا عطرة من الجزائر لكل العراقيين الأشقاء . لقد كانت هذه المؤسسة تشمل عدة أساتذة من جنسيات مختلفة من بينها اخوة عراقيون ,سوريون, مصريون. وأتذكر أنه كان زوج من الأساتذة العراقيون في هذه الثانوية في سنة 1973 ان لم تخني الذاكرة حيث كانت سنتي الأولى في هذه الثانوية.
      مرحبا بكم أستاذا و شقيقا

    • علاوة dit :

      تحياتي هل تذكرون الاساتذة:محمود درويش -الاخوة حلح – محمد عبد الرحمان – فهيم صالح

      سلامي لكم نيابة عن كل قدماء تلاميذ هذه الموسسة

      • جيلال dit :

        علاوة ذكرت إسم محمود درويش هل هذا الإسم هو للشاعر الفلسطيني المعروف أم كان هناك أستاذا يحمل نفس الإسم.

        • علاوة dit :

          لم يكن الشاعر المرحوم محمود درويش بل اسم مستعار تكونه فلسطني الاصل و كان يدرس الفلسفة

          • جيلال dit :

            آه فهمت الآن…على ذكر الشعر وشعراء فلسطين. كان لنا أستاذا بهذه الثانوية وهو فلسطيني إسمه حـافظ عـليان وله مؤلفات كثيرة كان يقول لنا أنه صديقا لياسـر عرفات

            • BOUKHALFA Rchid dit :

              Salut Jilali, HAFED Aliane, était aussi mon professeur d’arabe en 81/82 quand j’étais en première. En quelles années as-tu fréquenté le lycée El ghazali?

              • Jilal dit :

                Salut Boukhalfa. Votre nom me dit quelque chose. Moi je suis de la promo 82/85.

                • BOUKHALFA Rchid dit :

                  Salut Jilali,
                  je suis de la promotion 80/83. Je suis originaire de Mailot et toi? Peut être on avait joué quelques matchs de foot ensemble….

                • Jilal dit :

                  Surement. Car il y avait des tournois entre villes au lycée a cette époque. Il y avait aussi trop d’élèves originaires de Maillot et ses environs. si non tu devient quoi?

              • BAHIANI dit :

                Bonjour
                Permettez moi tout d’abord de saluer l’ensemble de ceux qui ont contribuer a faire de cet espace un grand succés, et la bonne initiative de faire rencontrer les anciens éleves de ce grand Lycée avec leurs anciens Profs
                Je suis passé par ce Lycée eL ghazali de 1977 à 1981 Dj.Bahiani
                j’ai étais dans une classe Maths Billingue et j’ai étudié chez Mr Hafed Aliane en classe de premiére Math B , on disait aussi que ce Monsieur avant ça venue au Lycée il a travaillé à la Radio Chaine 1 et il animait à l’époque la célébre emission « Saout Philistine » (Reste à confirmer).
                Je me rapelle d’autre prof a cette époque Ahmed Nafaa suleiman de Jordanie Mr Lambert Prof de Phisique et Mme Lambert Prof de Mathématique avec qui on a beaucoup appris et surtout pour son comportement trés exemplaire (cette attitude me reste gravé dans ma mémoire), j’aimerais bien savoir de ses nouvelles. Il y a aussi Mr et Mme MARI tout les 02 profs de Sciences Nat.
                Je Demande à tout ceux qui ont connu de leur passer un grand Bonjour de ma part.
                Voici mon contact: dj.bahiani@yahoo.fr

  9. Ait-Ouaali dit :

    J’ai étudié au lycée el ghazali pendant 4 ans , 76 _ 80 tous mes souvenirs sont liés au cinema Auzya à l’époque on payé 24 cts l’entrée c’était de l’argent quand même pour les lycéens

    • Jilal dit :

      Sahit a Ait Ouaali, ya smis thamourth il y avait aussi une autre salle (Cinéma Dirah), ce cinéma projette que des films Hindou et Western. Je parle du milieu des années 80. Merci pour ce souvenir.

      • BOUKHALFA Rchid dit :

        Azul a y arrache lkvayel. Moi j’ai fréquénté ce lycée de 80 à 83 en classe de mathématiques bilingues. C’était le bon vieux temps comme on dit. Nous avons passé des moments inoubliables. Je me rappelle, en 83, nous avons joué un match de foot intitulé: les arabes contre les kabyles. Nous avons gagné 3 buts à 0 et nous avons fait une bagarre générale.
        Ca me ferait plaisir d’aller faire un tour et de revoir ce beau vieux lycée. Actuellement, je suis en France. Je n’ai pas mis les pieds dans mon pays depuis 12 ans. S’il ya des camarades de classe qui me reconnaitront , ils peuvent m’écrire et je les lirai avec grand plaisir.
        ( Je suis d’origine de M’chedallah, anciennement Maillot). Tanmirt n wen.

        • noureddine HELLAL dit :

          Bonjour à tous
          Est ce que ce forum est encore actualisé, je tombe dessus.
          Très nostalgique de ce lycée que j’ai l’année de son inauguration en passant le BEG
          J’etais interne jusqu’en 1975, sans nouvelle de beaucoup ….le temps a coulé
          Effectivement mr Lamdani en proviseur, en series sciences on a Mr Roland ,Mr Bouflers….
          Avec pourrai je continuer ces contacts et discussions ‘ etant à d’autres recherches , anciens élèves et prof
          Noureddine hellal

  10. Ait-Ouaali dit :

    Azzul fellak a jilal le cinéma dirah ne possedait pas assez de place a notre epoque ce qui fait elle etait moins fréquenté

  11. redouane dit :

    j’ai passe mon enfance a sour et j’etais lyceen a el GHAZALI(1984-1987),c’etait magnifique,on avait un prof de physique espagnol,et en chimie,c’etait deux bulgares(MADAME KOSTOVA ET MADAME PETRONOVA),QUE DE BELLES SOUVENIRS

  12. redouane dit :

    JE ME SOUVIENS QU’IL Y’AVAIT BEAUCOUP DE LYCEEN D’EL KADIRIA,DE BORJ EKHRISS ET BIR GHBALOU.

  13. ATTOUCHE dit :

    Désolé de mon intrusion, dés que j’ai vu que vous connaissez les 2 profs de chimie, je me suis dis qu’on étais de la même période (j’étais en classe C2 , de 1984 à 1987).
    La vie pour les internes était dure, mais on était bien dans l’ensemble.Actuellement je vis dans les Yvelines, je serai très heureux de partager quelques barbecues avec les anciens du lycée el ghazali qui habitent en île de France (y a de la place pour tout le monde).

    • Jilal dit :

      Salut ATTOUCHE, je connais bien les classes de Chimie et il y avait pas mal d’élèves de chimie en internat de M’chedellah et Chorfa et Haizer. Au plaisir de vous rencontrer, si vous descendez sur Paris n’oubliez pas de venir à Châtelet pour boire un petit café. Les anciens du lycée el Ghazali à Paris je connais déjà deux et ça me ferait plaisir de connaitre d’autres. Bienvenue.

  14. BELKACEM Ali dit :

    Bonjour à tous,
    Je suis un ancien eleve du lycée 1970 – 1977. Avez vous des nouvelles de mon prof Michel Bernard et de sa compagne Clavey Rolas ?

    • Jilal dit :

      Belkacem tu as étudié de 70 à 77 à El Ghazali. Ton histoire me semble un peu bizarre, normalement dans un lycée on étudie que 3 ans. 😉

      • Zegouati abdel dit :

        Jilal au départ el ghazali accueil les classes d’enseignement moyen et secondaire en même temps

      • BOUKHALFA Rchid dit :

        Jiliali je pense à l’époque El ghazali regroupe le collège et le lycée: donc 4 ans collège +3ans lycée = 7ans d’enseignement secondaire 70 à 77;

  15. ALLAOUA dit :

    Bonjour Belkacem,pour Monsieur Michel Bernard aucune nouvelle,quand a sa compagne Clavey Rolas elle est décédée depuis plus de 20 ans.
    Si vs vs en souvenez de Monsieur Eric Decottes Genon actuellement il se trouve en THAÏLANDE plus précisément a PHOUKET il exerce comme interprété au sein d’une mission française

  16. S-CHIBANE dit :

    Je suis de la promotion 1978.1981 quand je pense a ce lycée ça me reviens en tête l’idée de la haine je me rappelle tres bien de ces surveillants originaires de sour et ses environs qui n’aimaient pas les internes pour eux on étaient des étranger, des intrus, on étaient souvent tabassés et frappés a coups de pieds pour rien. qui connait le surveillant Malek CHERIFI? ce cafard au yeux bleu ce maudit qui a provoqué autant de bagarres entre élèves externes originaires de sour et élèves internes. Je suis presque un grand père et j’ai encore cette rage envers lui.

  17. benkacimi dit :

    salut à tous c’est un grand plaisir de retrouver des anciens d’El ghazali de sour el ghozlane , je ne peut qu’être très heureux sachez bien que ce lycée à ouvert ses portes en 1969 d’une façon provisoire dans différents locaux tel que l’église actuellement mosquée et un peut partout jusqu’à l’ouverture du lycée en juin 1970 et à ce moment il a accueilli des centaines d’élevés de la wilaya du titeri de l’époque et l’enseignement s’étalait sur les deux paliers moyen et secondaire sous la direction du défunt Zemerline hocine surveillant général mohamdi et d’autres

  18. benkacimi dit :

    Biographie du premier proviseur du lycée el ghazali de sour el ghozlane

    Hacène Zemirline, né à Médéa en 1920 et connu sous le nom de Cheikh Zemirline, fut très estimé par ses élèves ou ses collègues et collaborateurs dans les postes qu’il aura à occuper plus tard.

    Il étudia à Médéa au collège Bencheneb ensuite à Alger à la Médersa Thaâlibiya.
    Il occupera des postes à Mascara, Khemis Miliana, Médéa et Sour el Ghouzlane et décéda le 16 Novembre 1999 à Médéa.

    Sa famille

    Il arriva dans une famille pauvre, déshéritée, meurtrie, reléguée loin et à l’arrière de la ville, obligée de travailler la terre pour subvivre. Menouar le père, avait une diligence et faisait le transport des voyageurs, sur le sud jusqu’à Messaâd et Laghouat. Après la naissance de Hacène il décida de se stabiliser et tiendra un magasin en 1920, en ville où il exercera la cordonnerie, un métier qu’il avait appris auparavant. C’est un joli magasin rue Dr.Barbé, en face de la caserne « Quartier Yussuf ». Cependant les militaires avaient tout à l’intérieur des casernes, cordonniers, tailleurs, peintres… Et la population n’avait pas d’argent, le travail consistait donc beaucoup plus dans les réparations et cela n’a fait que dégrader sa situation, il aura de plus en plus de difficultés mais persévéra dans la scolarisation de ses enfants. Il s’est sacrifié pour nous! Affirmeront ses enfants, plus tard.

    En 1924, Menouar put acquérir un morceau de terre en ville, quartier Nador, aujourd’hui Rekia Mustapha, près de son travail et près de l’école. C’était la réussite pour lui qui rêvait de scolariser ses enfants et de leur épargner le travail de la terre et les longs allers et retours.

    Ce ne sera pas la fin de ses problèmes, il devra élever et scolariser ses enfants, ce qui n’était pas facile, sous la colonisation, le chômage, la misère les maladies et les guerres.

    Hacène n’ira pas en 1939. Lui et deux de ses amis durent passer une ou deux semaines dans un bain maure pour rabaisser leurs poids et se faire réformer.

    Puis ce sera la guerre de libération et tout ce qu’elle apporte comme soucis pour lui même et pour ses enfants qui sont en âge de combattre. D’ailleurs deux de ses fils rejoindront le maquis, Ahmed en 1956, Ali en 1960. Menouar ne reverra pas le premier puisqu’il décéda en 1957 avant son retour, à l’indépendance.

    Dès l’âge de cinq ans Hacène accompagnera son père au magasin pour l’aider et pour suivre des cours dans une médersa puis à l’école. Pendant les heures creuses et les jours de repos, même le matin avant de rejoindre les cours, il redressait les semences, ces petits clous qu’on utilise aujourd’hui dans les réparations de chaussures, afin que son père puisse les réutiliser. Une paire de chaussure en contenait une centaine.

    Adolescent, on conseilla au père de le retirer de l’école et de le mettre au travail avec lui pour l’aider, ou le placer chez d’autres. Menouar, illettré mais formé et cultivé par ses voyages, durant son ancienne activité, cherchait à ce que ses enfants puissent continuer leurs études et se sacrifiera à cet effet, se contentant de presque rien et encourageait ses enfants dans leurs études, malgré la réticence des gens à l’époque qui n’y voyait là que perte de temps. Hacène, Mustapha et Ahmed après le collège Bencheneb, obtiendront des diplômes de la Médersa Thaâlibia à Alger, équivalent des deux licences, de lettre et celle de droit. Les deux autres seront encore au lycée quand il décéda, mais finiront bien leurs études.

    Sa vie et sa carrière

    Pour Hacène les études ne vont pas être faciles, une famille démunie puis l’éloignement à Alger, c’était une expédition, enfin le colonialisme. Il fallait donc passer au travers de toutes ces entraves et si on arrive, on le payera cher: pour le diplôme d’études supérieures, à la Médersa et on ne l’appellera pas Université ou Faculté, durant quatre années, ils devront faire le programme de deux licences, celle de Lettres et celle de droit. Un remplissage et un nombre d’années inadéquats même à l’époque, dira Hacène.

    Une fois diplômé et si on est encore en vie, on découvre le summum de l’humiliation, par l’indigénat, et on ne devrait pas l’appeler « statut » puisque ce n’était qu’une partie des mesures reflétant le caractère colonial plutôt esclavagiste, parce que même le mot colonial est devenu faux par sa résonance et ses soi-disant bienfaits.

    Dieu merci, aujourd’hui des français eux mêmes commencent à découvrir l’horreur du colonialisme et se sont avancés à le décrire et à rapporter à leurs concitoyens les vérités sur ce qu’il y avait eu et sur ce qui s’était vraiment passé dans tous les domaines.

    Enfin Hacène:

    – Diplôme de fin d’études des Médersas, 4 ème année, ancien régime, en 1942.

    – Diplôme des études supérieures des Médersas en Juin 1944.

    Ces diplômes permettaient à l’indigène de devenir « moudérès » pas professeur, dans une simple école primaire, pas dans les Lycées! Ses collègues français ne seront que de simples instructeurs ou instituteurs qui auraient pu être ses élèves!

    Il pouvait faire aussi « Bach-Adel », sorte d’assistant ou d’aide au juge.

    Ce n’est qu’après l’indépendance en 1965 que leur statut de Professeur leur sera reconnu. Un peu plus tard, on leur reconnaîtra leur deuxième licence, celle de droit.

    – Le nouveau diplômé devait travailler d’abord en dehors de chez lui, un certain nombre d’années.

    – N’ayant pas trouvé de poste de moudérès, il occupera le poste de Bach-Adel à Mascara pendant deux années environ.

    – En 1946 enfin il obtint un poste de moudérès à Affreville à l’école de la Rue La Fayette, Khemis Miliana aujourd’hui: moudérès de 1er ordre.

    Il restera huit ans à Khemis Miliana, fera beaucoup d’amis et verra passer des centaines d’élèves. Dans les années 80, ses amis et ses anciens élèves organisèrent une fête à l’honneur des « Anciens », et dont il est revenu émerveillé et fier de toutes ces personnes, amis et anciens élèves qui l’ont submergé d’éloges.

    On retrouva deux ou trois correspondances avec M. Yahi et M. Bounaâdja, mais il avait eu plusieurs amis.

    Il se marie en 1947, à Médéa et deux de ses enfants verront le jour à Khemis Miliana.

    -En 1952 le 1er Octobre, il rentre enfin à Médéa, à l’école Wichard, Hadj Hamdi, près de ses parents, qui étaient en difficulté et dont il se souciait beaucoup. Déjà il aidait son père et ses frères dans leurs études.

    – En 1956 il aida son père à arrêter la cordonnerie et la transformer en une épicerie. Ahmed son frère rejoindra le maquis cette même année.

    Menouar son père décédera en 1957 à l’âge de 66 ans. Hacène et Mustapha prendront en charge leur mère et leurs frères et sœurs. Deux de leurs frères avaient rejoint la guerre de libération.

    Après l’indépendance:

    – Il est nommé maître auxiliaire au Lycée Bencheneb, le 1er Octobre 1962. Un an.

    – Puis Délégué dans les fonctions de Professeur d’arabe, à partir du 15 Septembre 1963, pour deux ans.

    – Il est admis au CAPES le 15 Février 1965.

    – Nommé Professeur certifié d’arabe au Lycée Bencheneb, le 15 Septembre 1965.

    – En 1965 les garçons partent au nouveau Lycée, le Lycée Fekhar.

    – Du 15.09.1965 au 14.09.1967: Professeur d’arabe au Lycée Fekhar. Deux ans.

    – Du 14.09.1967 au 20.09.1969: Censeur au Lycée Fekhar. Deux ans.

    – En 1969 il est nommé chef d’établissement au Lycée Al Ghazali, nouvellement construit, à Sour Al Ghozlane. Il y exercera du 02.09.1969 au 15.09.1973. Quatre ans.

    Il finira par rentrer à Médéa pour s’occuper de sa famille.

    – Du 16.09.1973 au 30.03.1977: il est mis à la disposition de la Direction de l’Education et de la Culture de la Wilaya de Médéa, comme Directeur de la programmation et de la carte scolaire.

    – Puis Sous-directeur à la Direction de l’Education et de la Culture de la Wilaya de Médéa: du 31.03.1977 au 30.09.1980.

    – Le 30 Septembre 1980, il part en retraite « anticipée » à 60 ans, après une demande de réforme médicale qui lui fût refusée. Toute sa carrière, 36 ans de travail, ses maladies et ses interventions chirurgicales ne rentraient pas dans les maladies reconnues par la fonction publique!

    Les maladies de Hacène

    Cela nécessite un chapitre à part, peut être même plus parce que sa vie aura été marquée par deux longues et difficiles maladies qui l’avaient presque détruit si ce n’était sa sagesse, sa patience et sa foi en Dieu.

    – Une diminution de l’ouïe dès l’âge de 28 ans. D’ailleurs pendant très longtemps il a été connu comme malentendant par ses élèves, ses collègues et son entourage. En réalité c’était surtout quand il était fragilisé par une autre maladie ou un rhume ou quand il s’énervait que cela se voyait et qu’il ressentait cet handicap à son maximum, avec de l’angoisse et ce qui s’en suivait comme craintes de toutes sortes pour lui-même pour sa famille et pour son travail.

    Ce n’était ni héréditaire ni accidentelle mais une atteinte provoquée lentement par des injections répétées de streptomycine, par le médecin de famille ou du quartier si l’on peut dire. Un bonhomme qui ramenait gratuitement ce produit de l’hôpital pour le prescrire et l’injecter à ses patients, en leur faisant payer le médicament cela va de soi. Est-ce qu’il le prescrivait aussi aux français, est-ce qu’il y a d’autres personnes qui ont été atteintes, on ne le sait pas. Ce produit était utilisé dans le traitement de la tuberculose pulmonaire, ses effets nocifs étaient déjà connus et son utilisation était soumise à une surveillance stricte.

    Le comble était qu’une intervention chirurgicale était très chère et risquée, même sans résultat sûr. Il devra porter des appareils eux aussi assez chers à l’époque. Comme il sera obligé de dissimuler au maximum son handicap à ses élèves ou collègues ainsi qu’à l’administration par crainte de perdre son poste ou d’être exclu de l’enseignement, profession qu’il chérissait.

    Il portera cette tare de 1948 à 1964. Ce ne sera pas un seul côté d’atteint mais les deux et avec des paroxysmes inimaginables avec la souffrance et la torture morale que cela provoquaient en lui. « Il m’a brûlé mes oreilles, il a brisé ma vie! » Disait-il parlant de ce médecin, quand ses proches essayaient de le faire parler de son atteinte.

    Avec l’indépendance, vers 1963 il a pu se faire opérer à Alger mais sans résultat. Puis vers 1965 et 1966 il s’est rendu en Allemagne pour subir deux interventions chirurgicales à une année d’intervalle et avec de bons résultats cette fois-ci. Il a pu se passer des appareils et redevenir enfin un homme normal.

    « Ne détestez pas une chose alors qu’elle pourrait vous être bénéfique » dit notre Saint Coran. C’est peut être, diront plusieurs personnes, que par cette maladie Dieu l’avait préservé et soustrait à tous les aléas du colonialisme et de la guerre.

    – Une anecdote:  » Fais le bien et oublies le mais saches que lui, il ne t’oubliera pas », dit notre proverbe.

    En Allemagne à son réveil après l’intervention chirurgicale, qu’elle ne fut sa surprise de trouver à son chevet un de ses élèves. D’ailleurs il ne dira jamais un « ancien élève » mais « mon élève » et avec fierté, quand il parlait de l’un d’eux.

     » Encore sous l’effet de l’anesthésie tout s’est envolé ou évaporé en l’apercevant, doutant même de mon réveil » dira t-il. Son ancien élève qui était là, qui l’appelait Cheikh et s’inquiétait de sa santé, à quelque milliers de kilomètres de chez lui.

    Et il ajoutait « J’ai vu là un signe de reconnaissance de Dieu ».

    Son élève qui étudiait en Allemagne, avait été informé tout simplement par « hasard » par l’une de ses connaissances qu’un algérien était hospitalisé chez eux pour une semaine et lui avait fait part du nom de celui-ci.

    « Nous avons donné tous les signes pour ceux qui savent observer ». Le Saint Coran.

    La seconde maladie ce fut le glaucome vers 1976, il s’est fait opérer mais c’était trop tard. Cela lui causa une diminution importante de la vue et a précipité sa sortie en retraite, en 1980.

    Le décès de Hacène

    Un mois avant son décès on lui découvrit une tumeur du colon qui s’était installée et progressé sournoisement, si bien qu’elle était inopérable. On lui cachera le diagnostique. Il restera alité pendant une vingtaine de jours la plupart du temps conscient ou à demi.

    – Il décéda le 16 Novembre 1999, à l’âge de 79 ans, à son domicile, après un mois de maladie et fut inhumé à Tibhirine, dans le cimetière familial.

    Un nombre extraordinaire de personnes avaient assisté à son enterrement, malgré le mauvais temps et l’éloignement du cimetière. Et ce qui avait frappé le plus, c’est que ses fils n’en connaissaient qu’une infime partie mais tous le connaissaient pour l’avoir raccompagné ainsi.

    Rahimahu allah.

  19. hattabi dit :

    salut camarade de classe et je suppose si je ne me trempe pas que nous avons quitté El ghazali
    en 1978 l’anneé du BAC . Pour rappelle j’ai de bonne souvenir avec ben said ahmed er louhbibat
    merci la bibliographie

  20. fekroune dit :

    bsr à tous moi aussi j’fréquenté ce lycée et je serais très heureux de revoir mes camarades de classes 3L2 de l’année scolaire 1984/1985.

  21. fekroune dit :

    Est-ce que vous pouvez reconnaître les
    élèves qui figurent sur la photo ci-dessous? le suis à la recherche de kassete nourddine,chahbouni omar,hachlaf ali, moi c fekroune malek de chorfa bouira.

    • Jilal dit :

      Salut Fekroune. Pour Hachlaf Ali il ne fégure pas sur cette photo, il est pas du Chorfa mais de Toulmout près de Béni Amrane. Je suis de ta promotion. Le musicien du Chorfa du même promotion Menhoudj Mourad vit à Paris, et ça fait plaisir de te lire.

  22. pouli dit :

    bonjour tous le monde, je suis originaire de sour el ghozlane ,moi j’ai passée 3 ans au lycee el ghazali 86-89 que du bonheur dan ce merveilleux lycee , ca fais plaisir et merci bcp pour ces commentaire ,me font pensses a cette epoque de ma ville natal, je vis en belgique a bruxelles
    a bientot

  23. BOUZIANE dit :

    Bonjour a tous,, j ai été au lycée El Ghazali de 1970 jus qu en 1976. j ai été élève de Mr Souny et de Michel Bernard et d autres profs français, je souhaite savoir si certains d entres vous ont gardes des photos de belles annees a Sour el Ghozlane et son lycée formidable El Ghazali.
    Nouredine Bouziane Paris

    • chellali dit :

      salem, noureddine bouziane est la aussi!!! quel honneur! j’ai tellement envie de vous rencontrer wallah! moi c noureddine chellali je suis a Lyon fait moi signe si tu auras l’occasion de lire ce message !0652463039.
      si quelqu’un a les coordonnés e bouziane qu’il me téléphone svp!

    • chellali dit :

      Salem Noureddine,B,
      Toutes mes éxcuses de ne pas avoir eu l’occasion de te recontacter depuis notre dernière communication téléphonoque,

      J’aimerai bien recevoir vos coordonés pour renouer de nouveau .

      Voici mon e-mail: chellalin@yahoo.fr

      Merci et sahha ftourek.

  24. M Rachid BOUKHALFA dit :

    Salut Noureddine chellali, j’avais comme camarade de classe, Djamila Chellali en classe de mathématiques de 1980 à 1983; Une brillante élève et une fille de bonne famille. Peut être fait-elle partie de ta famille!! Je vous passe un grand bonjour de Paris!!!

    • chellali dit :

      Salem rachid,

      Oui cette dame c’est de la famille, elle enseigne toujours au meme lycée je crois, c’est la soeur de hamid, lui aussi est un enseignant ( c’est un grand filou!!!), au passage je leurs passent le bonjour.

      En faite, toi aussi tu as de la famille ici à lyon non!!? je connais pas mal de boukhalfa!

      Merci.

  25. FEKROUNE dit :

    Je m’appelle fekroune Malek j’ai fréquenté ce formidable lycée de 1982 à 1985.j’ai eu mon bac en juin 1985. l

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s